Le site de crowdfunding Kickstarter se lance en France

Le site de crowdfunding Kickstarter se lance en France - Connect Object

Créée en 2009 aux Etats-Unis par Yancey Strickler, l’entreprise de financement participatif Kickstarter se lance cette année à l’assaut du marché européen. La version française a été inaugurée lundi 7 Mai afin de faciliter le financement de créations sur le sol français.
Kickstarter, c’est 1,7 milliards de dollars levés par 8,5 millions de personnes, ce qui a financé 84 000 projets. Déjà présent dans 11 pays, la France est donc le 12ème pays après l’Allemagne à ouvrir ses portes à Kickstarter. Nous vous l’annoncions en Février dernier, notre spéculation s’est donc avérée juste.
Si le financement des projets français sera effectif dès le 27 Mai seulement, le géant américain risque de bousculer sur son passage les plateformes de financements participatif nationales comme KissKissBankBank, MyMajorCompany et Ulule.

Le crowdfunding, comment ça marche ?

Le porteur de projet met en ligne sa création et décrit son produit dans les moindres détails pour être le plus transparent possible avec ses futurs investisseurs. Le créateur du projet doit fixer un prix à atteindre pour financer son projet et doit recueillir le tout en un temps limité.
Vous, donateurs, vous devenez des sortes de Business Angels (sauf que vous n’entrez pas au capital de l’entreprise). Si le financement a été opéré à hauteur de 100%, les personnes ayant suffisamment financé le projet (à savoir au minimum le prix du produit espéré à la vente) se verront offrir en avant première et à un tarif attractif les premiers objets créés par l’entreprise. Ces premiers acheteurs sont appelés les Early Birds. Si le financement dépasse les 100% (et cela est possible car la limite est plafonnée à 1 million d’euros) alors l’excédent est gardé par l’entreprise qui se voit dans ce cas, et pour la bonne forme, obligée d’utiliser cet argent afin de présenter des améliorations à son produit comme des choix dans les couleurs, une autonomie de la batterie plus conséquente, etc. Dans le cas contraire où le financement n’a pas atteint 100% du budget estimé dans le temps imparti, l’argent devra être remboursé aux donateurs.
Kickstarter se commissionne sur les frais de transaction bancaire.

Français, ne négligez pas votre campagne de crowdfunding et lancez-vous !

On le sait et on le voit, les français font preuve d’audace et d’inventivité en terme de créations d’objets connectés. La plateforme va leur permettre de se lancer plus rapidement sur le marché et de vendre ensuite à grande échelle. Mais il y a bien un point à ne pas négliger et sur lequel il faut passer du temps : sa campagne de crowfunding. Certes, l’objet connecté doit attirer l’œil et l’intérêt de l’internaute tant par l’aspect esthétique, pratique et bénéfique pour la vie de chacun mais il faut absolument tenir un discours cohérent et attractif pour donner envie aux internautes de donner de leur poche pour les projets. Un discours clair, transparent, répondant à toutes les interrogations que l’on peut se faire, un site internet fluide et limpide et surtout une vidéo de 3 à 4 minutes maximum avec présentation du projet et présentation de l’équipe doivent convaincre les donateurs de croire en votre projet.
Il ne tient plus qu’à vous de vous lancer !

L'auteur

Connect Object - Marie Nebra

Marie Nebra

Pour Marie, la curiosité n’est pas un vilain défaut… En veille permanente, elle ne veut pas rater une miette de l’actualité digitale. Tout fraichement diplômée d’une grande école de communication, elle est créative, dynamique et passionnée de nouvelles technologies et d’expériences web.

Nombre de vues1006 fois

Restez informé de l'actualité des objets connectés

Déja inscrit

Mauvais e-mail

Champ vide

Inscription réalisée

Ces tests peuvent vous intéresser

Vous souhaitez écrire des articles pour Connect Object

Rejoignez Nous >

Informations Cookies

Comme tous les sites que vous visitez, nous utilisons des cookies. Ceux-ci nous permettent de faire fonctionner certaines fonctionnalités comme les réseaux sociaux, et comprendre comment vous naviguez sur notre site. Pour en savoir plus, cliquez ici !